Rechercher
  • Oli

Le nouveau futur

Depuis quelques semaines toute notre vie est remise en questions. Tout ce qu'on avait prévu pour le futur, pour nous, pour nos enfants, pour nos parents, pour notre travail, tout est repensé ... bon ou mauvais, on verra bien, une chose est sur c'est que ça secoue, ça dérange, ça remet nos priorités à la bonne place et ça c'est rarement mauvais.


Je fais parti de ces chanceux, ceux qui n'ont pas à travailler avec un 6 mois dans les bras et un 2 ans qui détruit la maison, je fais parti des chanceux car depuis la quarantaine ma mère et sa moitié sont venus s'installer chez moi, c'était hors de question pour moi de les laisser seuls et vice versa et comme on a acheté ma jolie maison ensemble exactement pour ce genre de situations ça tombait plutôt bien.





Je fais parti des chanceux car mon ex mari et moi on s'entend sur tout et que notre priorité c'est le bien être de nos enfants alors tous les 4 jours ils changent de maison et dans chaque maison les mêmes règles sont appliquées ce qui nous permet, chacun notre tour, de reprendre notre souffle quand nous sommes seuls et nous remplir d'amour quand ils sont avec nous.





Je fais parti des chanceux car ma famille et moi on se facetime, on boit l’apéro, on parle tous les jours et ça on le faisait jamais avant.



Chanceuse aussi car il n'y a pas une journée ou je ne parle pas à mes deux meilleures amies et qu'on ne pleure pas un coup pour évacuer le stress que c'est de vivre seule, avec des enfants, sans ou avec mari, avec ou sans travail...

Chaque situation a son lot de problèmes et il y a souvent pire que nous quand on y pense. Je pense aux femmes victimes de violence, aux enfants dont le seul sanctuaire était l’école, aux mères mono qui n'arrivaient déjà pas à joindre les deux bouts, ceux qui vivent en apparte sans balcon avec plus que trois enfants, ceux qui étaient déjà à bout avant tout ça, ceux qui sont seuls et qui se perdent lentement dans cette dangereuse solitude...

Comme je disais je fais parti des chanceux, c'est vrai, je profite de chaque seconde de ce halo de ralentissement, chaque seconde, même si elles ne sont pas toutes agréables elle sont bénéfiques à leur façon, je jardine, je colorie, je regarde mes enfants pendant de longues minutes, moi qui passe généralement ma vie à courir, entre les séances photos, le travail administratif, la maison, l’épicerie, le lavage, l’école, les devoirs...cette vie sans pause, sans grand souffle, pris dans une boucle qui tourne si vite que ça devient étourdissant, je passe maintenant des heures assise sur mon canapé à écouter ce genre de musique ....

Je regarde mes enfants jouer, s’engueuler, crier, courir, pleurer, manger et je suis tellement heureuse d'avoir le temps de participer à tout ça, sans crier de stress car mes pensées se bousculent et que leur enfantillages rajoutent au brouhaha de ma tête. Cette fois ci je danse avec eux, je crie avec eux parfois même je pleure avec eux.



Parfois j'ai peur, peur du après, serez-vous encore la ? Aurez-vous encore besoin de moi? Mon travail, ma passion, ma vision... c'est loin d’être essentiel restera t'il encore un peu de place pour moi? J'ai peur que la vie reprenne, je nous voudrai pas qu'elle reprenne de la même façon, je veux apprendre de cette épreuve que nous vivons, je veux apprendre de l'isolement, je veux apprendre des absences, je veux apprendre à prendre le temps, je veux apprendre de mes enfants, apprendre la patience et pouvoir transposer tout ces nouveaux acquis dans ma future vie, celle du ''après''.


172 vues

© 2020 par Olivia Rosnarho

  • Black Instagram Icon